(page précédente)

 

La représentation d'un individu en poupée est donc, dans ce contexte, tout sauf innocente. Les poupées de représailles des Beni Mtir du Maroc ne sont pas des poupées d'enfants. Fabriquées jusqu'à la guerre de 1914, où la coutume s'est peu à peu perdue, elles sont les représentations de personnes (hommes ou femmes) ayant commis des parjures (adultère, protecteur trahissant son protégé,…).

Exhibées au grand jour, elles servent à exercer une contrainte morale sur le fautif en provoquant un scandale en place publique. L'opprobre pouvait aussi être étendu à la famille du traître par la fabrication de poupées à l'effigie de sa femme et de ses enfants, dans le but de renforcer la honte du coupable. En cas de réparation du tort par ce dernier, la poupée était, sinon brûlée, tout du moins cachée. Certains auteurs ajoutent aussi un aspect magique à ces poupées qui seraient parfois vêtues de pièces d'étoffes dérobées au fautif, ce qui les rapproche des poupées d'envoûtement.

 

(poursuivre)

Poupées symboliques... : Les poupées de représailles des Beni Mtir 1 - 2 - 3

III. Poupées symboliques... ©Alienor.org, Conseil des musées, www.alienor.org