L'Imagerie artistique de la maison Quantin

Introduction à une collection

l'« Imagerie artistique »

Images à un sou — qui équivaut, à l'époque, à cinq centimes de francs — les feuilles de l'Imagerie artistique s'adressent donc à un public avant tout enfantin, voire familial, que l'éditeur souhaite le plus large possible. Toujours dans Le Figaro, il vante les mérites de sa « bibliothèque du jeune âge, à la fois artistique et abordable pour tous, où les humbles et les modestes trouveront aussi bien à glaner que les familles riches ou aisées ». La propagation de ces images suscite des interrogations : vendues dans les librairies parisiennes, leur diffusion sur le reste du territoire par le biais du colportage n'est pas encore attestée.

Imagerie artistique (imprimé final) : la chasse à l'oursImagerie artistique (imprimé final) : Napoléon BonaparteImagerie artistique (imprimé final) : Le condamné à mortImagerie artistique (imprimé final) : Crakentête