La vocation artistique de la Maison Quantin : une question de mise en page

La planche de Jules Maurel, Beau singe, est construite selon une symétrie elle-aussi verticale : l’élément principal de l’histoire est placé au centre de la planche pour en assurer à la fois le compartimentage et le déroulement. Le tronc d’arbre auquel est attaché le primate est ainsi figuré une seule fois, l’animal modifiant sa position à chacune des images pour s’ajuster au placement des enfants. Également remarquable, pour ne pas dire avant-gardiste, l’image de Rip intitulée Un projet téméraire repose sur une structure en escalier, les cases s’allongeant puis se raccourcissant au fur et à mesure que le petit Lucien construit, escalade puis tombe de l’« échafaudage » élaboré dans le but de capturer l’astre lunaire.

Si ces mises en page font sens avec l’histoire, d’autres dans l’Imagerie artistique ne valent que pour leur aspect décoratif, comme le suggère L’invalide à la tête de bois où l’alternance entre cases rondes et cases rectangulaires produit une construction globale harmonieuse.

© Alienor.org, Conseil des musées - www.alienor.org | plan | aide | Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'