Accés au sommaire | Page précédente

© Alienor.org, Conseil des musées - www.alienor.org, plan du site

Céramiques : classification, vocabulaire, bibliographie

I. Classification

La classification de la céramique tout comme le vocabulaire technique la concernant est complexe et dépend du point de vue auquel on se place.

Celle qui a été adoptée dans les dossiers « technique de la céramique », « poterie », « faïence », « grès » et « porcelaine » est celle des historiens.

 

A. Classification des poteries par Brongniart (1770-1847), directeur de la manufacture de Sèvres : elle prend en compte la nature de la pâte une fois cuite qui est soit tendre (poreuse) soit dure (imperméable).

1 -  Poterie à pâte tendre argileuse, rayable :

2 -  Poterie à pâte dure non translucide :

3 -  Poterie à pâte dure translucide :

 

B. Classification des historiens d'art : elle prend en compte l'évolution historique des productions.

1 -  Poterie recouverte d'une glaçure

2 -  Faïences

3 -  Grès

4 -  Porcelaine

 

C. Classification des techniciens et industriels de la céramique : elle prend en compte l'objet obtenu à partir de la matière première.

1- Produits de terre crue :

2- Faïences :

3- Porcelaine :

4- Produits grésés :

5- Céramique sanitaire :

6- Produits réfractaires :

 

II. Vocabulaire

 

Argile : terre qui à l'état pur, est composée de silice, d'alumine et d'eau. Elle est alors blanche. C'est le kaolin qui entre dans la composition de la porcelaine. Mais dans la nature, elle contient d'autres matières, de l'oxyde de fer, de la magnésie, du titane, de la rutile… qui lui donnent des colorations diverses.

Biscuit : porcelaine cuite à très haute température sans émail et sans décor. Suivant la composition de sa pâte, il est en porcelaine tendre ou en porcelaine dure.

Colombin : boudin, anneau, cordon de terre molle qui, réalisé et roulé à la main, permet de modeler des pièces de céramique. Les colombins sont superposés et assemblés par pressage à la main de façon à donner la forme désirée.

Couverte : terme général pour désigner l'enduit vitrifiable posé sur la céramique pour la rendre imperméable et brillante. Cet enduit peut être un émail, une glaçure, un lustre, un vernis. Pour simplifier, on peut dire que les poteries reçoivent une glaçure plombifère, les faïences un émail stannifère, les porcelaines un émail siliceux.

Dégourdi : cuisson préliminaire des pièces après le façonnage en cru. Cette première cuisson appelée également demi-cuisson donne de la solidité à la pièce qui demeure poreuse et qui recevra par la suite sa couverte et son décor.

Dégraissant  : quartz, silice, chamotte… que l'artisan intègre à sa pâte pour remédier à sa trop grande plasticité.

Engobe : argile liquide de couleur naturelle ou légèrement teintée dont on couvre la terre cuite.

Émail : enduit vitrifiable posé sur la céramique pour la rendre imperméable et brillante. Il est de deux sortes :

Émail jaspé : enduit opaque imitant le jaspe, pierre précieuse et rare, de couleur variée mais généralement rouge qui a fait la célébrité de Bernard Palissy.

Faïence  : céramique à pâte poreuse couverte d'un émail stannifère opaque.

Fondant : matière incorporée dans la pâte pour abaisser sa température de fusion.

Fritte : mélange de sable siliceux ou feldspathique et de soude permettant la vitrification de la pâte à la cuisson. Elle a été utilisée pour la porcelaine tendre.

Glaçure : enduit transparent à base de plomb, incolore ou coloré posé sur une poterie après cuisson ou ajouté par deuxième cuisson à plus basse température sur une poterie. Les vernis et les lustres sont les glaçures les plus courantes appliquées sur les poteries.

Grès : céramique à pâte dure colorée, opaque, imperméable.

Kaolin : argile blanche qui entre dans la composition de la porcelaine. Son nom vient de la région montagneuse de Kao-Lin en Chine où on l'exploitait.

Lustre (lustre métallique) : glaçure silico-alcaline recouvrant les poteries déjà façonnées et cuites. Le lustre métallique est typique des faïences hispano-mauresques et des majoliques italiennes du 15e siècle.

Petunse : nom chinois du feldspath, roche qui broyée et mélangée au kaolin entre dans la composition de la pâte de la porcelaine chinoise. C'est l'élément qui donne à la porcelaine sa transparence.

Poterie : céramique couverte d'une glaçure plombeuse pour la rendre imperméable.

Porcelaine : céramique à pâte blanche, dure, transparente, imperméable.

Terre cuite : céramique cuite et poreuse.

Vernis plombifère : enduit transparent à base de plomb posé sur la porcelaine tendre après une cuisson de dégourdi.

 

 

III. Bibliographie

 

1. Technique :

 

Piccolpasso, Cipriano -1524-1579 Les troys libvres de l'art du potier, esquels de traicte non seulement de la practique, mais briefvement de tous les secretz de ceste chouse qui iouxte mes huy a estée tousiours tenue célée Ed. Ramuel, 1996. Edition de la traduction faite en français moyen par Claudius -1825-1892

Diderot et d'Alembert : L'encyclopédie (à partir de 1765). Arts de la céramique, reprint, Paris, 1988

Brongniart Alexandre : Traité des arts céramiques, Paris, 1844

 

2. Histoire :

 

Amilco Léonard : À la recherche du paradis terrestre, Bernard Palissy et ses continuateurs, Paris, 1996

Beurdeley Cécile, Beurdeley Michel : La céramique chinoise, Vilo, 1974

Brunet Marcelle, Préaud Tamara : Sèvres des origines à nos jours, Fribourg, 1978

Faÿ-Hallé Antoinette : La faïence française, Fribourg, 1986

Fillon Benjamin : L'art de la terre chez les poitevins, Niort, 1864

Fontaine Georges : La céramique française, Paris, PUF, 1965

Giacomotti Jeanne : La céramique, Flammarion, 1949 (3 vol.)

Giacomotti Jeanne : La majolique de la Renaissance, Paris, PUF, 1961

Hugoniot Jean-Yves : Terres de Saintonge, Paris, Somogy, 2002

Plinval de Guillebon, Régine de : Porcelaine de PARIS, 1770-1850, Fribourg-Paris, 1972

Rosen Jean : La faïence en France du 14e au 19e siècle, histoire et technique, Paris, Errance, 1995

 

3. Catalogues d'expositions

 

Céramique d' Extrême-Orient du musée d' Orbigny-Bernon, La Rochelle : musée d' Orbigny-Bernon, 1991

La céramique du Beauvaisis du Moyen-Âge au 18e siècle, Sèvres : musée national de Céramique, 1973

La faïence fine française des origines à 1820, Sèvres : musée national de Céramique, 1969

Faïences françaises 16e-17e siècles, Paris : Grand Palais, 1980

La faïence française de 1525 à 1820, Paris : musée du Louvre, 1932

La faïence de La Rochelle au 18e siècle, La Rochelle : musée d' Orbigny-Bernon, 1988

Images du pouvoir, pavements de faïence en France du 13e au 17e siècle, Brou : musée de Brou, 2000

Potiers de Saintonge. Huit siècles d'artisanat rural, Paris : musée national des Arts et Traditions Populaires, 1975

Renaissance de la faïence de Saint-Porchaire, Parthenay : musée Georges Turpin, Thouars : musée Henri Barré, Saintes : musée de l'Échevinage, Niort : musée du Donjon, 2004

Un bestiaire fantastique, Avisseau et la faïence de Tours (1840-1910), Tours : musée des Beaux-Arts, octobre 2002-janvier 2003, Limoges : musée national Adrien-Dubouché, février-mai 2003

Une orfèvrerie de terre, Bernard Palissy et la céramique de Saint-Porchaire, château d'Ecouen : musée national de la Renaissance, 1997-1998

Une vie de porcelaine, les porcelainiers et leur travail en Poitou au 19e et 20e siècles : Deshoulières, Poitiers : musée Sainte-Croix, Chauvigny : château d'Harcourt, Bourges : musée du Berry, 1989-1990

 

4. Sites internet

 

« Manufacture nationale de Sèvres »
(http://manufacturedesevres.culture.gouv.fr)

On y trouve les détails des procédures de production des pièces de procelaine et un glossaire des termes de métier.

« Les faïences de Parhenay, 1882-1910 »
(http://194.250.166.229/expovirt/index1.htm)

Exposition virtuelle réalisée par le musée Georges Turpin de Parthenay.

« Renaissance de la faïence de Saint-Porchaire »
(http://www.cc-parthenay.fr/Saint-Porchaire)

Exposition virtuelle réalisée par le musée Georges Turpin de Parthenay.