La renault 4 fête ses 50 ans

Histoire d'une voiture « populaire »

Au début des années 1960, la 2CV de Pierre-Jules Boulanger, président de Citroën, a presque quinze ans. Cette voiture « ni belle ni attachante », véritable outil alliant facilité d'entretien, faible prix d'achat, faible consommation et surtout suspensions efficaces sur route comme dans les champs, a lancé la vogue des voitures populaires en France. Son succès ne se dément pas. Pierre Dreyfus, PDG de Renault, est de plus en plus intéressé par ce segment de marché. Il imagine la Renault 4, réponse contemporaine à la 2CV de Citroën : un véhicule bon marché, sympathique et modulable, adapté à tous les âges et idéal pour les loisirs comme les pique-niques en famille ou les sorties entre amis. Pierre Dreyfus, observant l'accroissement en France des espaces de banlieue, a réussi son pari : dans un pays où les zones rurales reculent au profit des zones urbaines, son véhicule mixte et modulable est réactif sur tous les terrains. Les instits', les jeunes, les paysans mais aussi des gérants de PME qui ont du matériel à déplacer s'attachent vite à cette voiture pratique et bon marché. À l'heure de la consommation de masse, la 4L est aussi parfaitement adaptée aux besoins de la ménagère qui se rend toutes les semaines dans les nouveaux supermarchés.

Le succès rencontré par la 4L au Salon de l'Auto de 1961 inaugure une longue carrière : avec plus de huit millions de véhicules produits, la 4L est la voiture française la plus vendue. Cette voiture fonctionnelle, « bonne à tout faire » comme la qualifie un journaliste anglais, combine polyvalence et faible prix d'achat : à ses débuts, on peut l'acquérir pour 350 000 francs. Étudiée pour plaire au plus grand nombre, elle trouve vite sa clientèle : dès 1961, plus de 190 000 berlines sont produites. Il faut dire que Renault multiplie les opérations séduction. Une vingtaine de 4L, équipées de chaînes et de porte-skis, est mise à disposition de l'équipe française pendant les championnats du monde de ski alpin de 1962. En 1964, ce sont vingt-huit fourgonnettes qui sont mobilisées tout l'été le long des plages de Côte-d'Azur et de Bretagne.

Le succès de la 4L en France se répercute à l'étranger : en Europe, aux États-Unis mais aussi en Amérique latine et en Australie, il devient fréquent de croiser une 4L sur sa route. Au total, la 4L a été exportée dans plus de 100 pays... Après sa disparition des chaînes de production françaises, la demande reste forte en Afrique du Nord et en Europe de l'est. Elle continue d'être fabriquée en Slovénie et au Maroc.

« Les utopies l'ont plus marquée que les kilomètres »

La 4L a accompagné pendant trente ans les défis d'une société en pleine mutation. Présente au moment des barricades de mai 68, s'efforçant de plaire aux femmes en plein développement du mouvement féministe, pariant sur une réduction de la consommation d'essence au moment des chocs pétroliers, elle a su répondre et même devancer les changements des mentalités. Son constructeur a ainsi considéré très tôt les jeunes comme un public à part entière à séduire à tout prix grâce à une communication adaptée : des séries limitées aux caractéristiques alléchantes sont proposées à la vente. Voiture des départs en vacances et des familles qui partent pique-niquer en forêt le week-end, la 4L devient l'emblème d'un nouveau style de vie bâti autour des loisirs.

Bye-Bye les 4L!

Les normes européennes se multipliant, il devient difficile et surtout trop coûteux d'adapter une voiture dessinée plus de trente auparavant. La régie de Billancourt annonce en 1992 l'arrêt de la production de la Renault 4. Pour célébrer comme il se doit la fin d'une voiture qui a marqué son temps, une série limitée est lancée. Appelées « Bye-bye », les 1000 dernières 4L construites en France peuvent être achetées en remplissant un bon de commande imprimé dans les grands quotidiens français. La campagne de communication insiste sur le côté sympathique d'une voiture qui a accompagné les bouleversements de la société au cours de la seconde moitié du 20e siècle : émancipation des femmes, construction de l'Europe ou encore développement de l'écologie.
Au moment du lancement de cette campagne, la 4L détient le record de la voiture française la plus construite avec près de 8 135 000 exemplaires produits. Elle a même survécu aux modèles créés après elle, comme les Renault 6, 12 et 16. Mais la carrière de la 4L n'est pas terminée pour autant. La voiture préférée des Français continue de vivre aujourd'hui à travers des épreuves sportives : les 24h 4L, le rallye des gazelles ou encore le 4L Trophy.

© Alienor.org, Conseil des musées - www.alienor.org | plan | aide | Vérifié par A-Prompt Version 1.0.6.0. Niveau WAI 'triple A'