Retour à la page sommaire Accédez directement à ce chapitre Accédez directement à ce chapitre Accédez directement à ce chapitre Chapitre en cours
Sous-chapitre en cours
Accédez directement à ce sous-chapitre
Accédez directement à ce sous-chapitre

Le traitement de l'air doit être particulièrement contrôlé : installer une climatisation n'est pas toujours la meilleure solution car le renouvellement d'air de ce système étant très important il favorise l'apport de micro-organismes et de pollution atmosphérique. Dans ce cas la filtration de l'air et le renouvellement fréquent des filtres doit être assurée.

Le conditionnement de l'air est préférable car permettant de mieux réguler l'humidité relative. Les prises d'air ne doivent pas souffler ou aspirer l'air à proximité des œuvres car elles véhiculent alors des phénomènes de pollution. La moyenne à obtenir pour la bonne conservation globale des œuvres est à 18° C de température (avec des évolutions lentes de variations possibles entre 15 à 25° C) et de 50% d'humidité relative (avec une fourchette de + ou - 5%).

Par contre certains types d'objets requièrent des taux différents selon leur sensibilité extrême : le bois souffrira de trop grandes variations d'humidité, le métal a besoin de seulement 40% d'humidité relative. Dans ce cas les particularités peuvent être gérées par la constitution de micro-climat à l'aide de matériaux comme le gel de silice installés dans vitrines ou armoires. On n'oubliera pas en ce cas de régénérer les matériaux (dessication au four à micro-onde).


© Alienor.org, Conseil des musées - www.alienor.org