SINE QUA NON
Retour sur une exposition

7 juillet au 31 octobre 2010, musée Bernard d'Agesci, Niort

Œuvres présentées

Sine Qua Non par Jérôme DERVEAUX (suite)

<<<

 

EXEMPLUM VIRTUTIS

Alors, ne vous laissez pas embarquer par le premier degré des travaux de David Delesalle. Ne soyez pas impressionnés par le jaillissement des couleurs, par la vivacité de l’empreinte dans le papier. Ne vous arrêtez pas à la noblesse du support. Ne vous laissez pas faire. Résistez ! Paradoxalement, soyez dans le vent.

Si le vent est art, l’art de Delesalle est maîtrise du vent. Il le canalise, le dompte, l’engonce jusqu’à ce qu’il devienne ce courant d’air qui claque les portes et rend visibles les colères.

Bien sûr les motifs nous sont familiers : un turion, des anémones, un playmobil, un wagon, un clou. Ils nous sont familiers comme peuvent l’être le lait sur le feu ou un parcours routier quotidien. Je ne cesserai de vous mettre en garde : Attention ! Un train peut en cacher un autre.

Pas de sensiblerie, pas de mièvrerie non plus. Juste l’humilité d’un travail d’archéographe8 qui passerait sous les fourches caudines de son appareillage binoculaire ce que l’habitude contemporaine et hyperactive nous fait oublier d’observer.

Bien sûr les motifs nous sont familiers : un turion, des anémones, un playmobil, un wagon, un clou. Ils nous sont familiers comme peuvent l’être le lait sur le feu ou un parcours routier quotidien. Je ne cesserai de vous mettre en garde : Attention ! Un train peut en cacher un autre.
Pas de sensiblerie, pas de mièvrerie non plus. Juste l’humilité d’un travail d’archéographe8 qui passerait sous les fourches caudines de son appareillage binoculaire ce que l’habitude contemporaine et hyperactive nous fait oublier d’observer.

Il grave pour diffuser comme il peint pour révéler. Il va et vient sans interruption entre le multiple et l’unique et trouble les frontières de la distinction entre l’œuvre artistique et la nécessaire multiplication des images à des fins de vulgarisation.
Et si comme pour moi, le Playmobil vous renvoie à l’omnipotence d’une image sarkosyenne, c’est que l’exercice habile de lecture approfondie du travail prend forme. C’est que, sans doute, vous avez quitté la surface pour vous lover dans l’épaisseur des choses.


SINE NOBILE

Ce(s) Playmobil !
Petits soldats rigides d’une armée uniforme.
Plus figé qu’un Playmobil, cela n’existe pas. Même le sourire de Miss France nous semble moins hypocrite. Observez cette raideur. Passez-lui une Rolex au poignet et il se présentera à l’élection présidentielle.
Le Playmobil est clinquant9. Il brille par inutilité. Il est tout le contraire d’un objet usuel. Il en a les attributs attractifs – matières, couleurs, formes – mais en aucun cas ne présente de spécificités fonctionnelles. C’est un objet d’agrément qui peut se targuer pourtant d’être omnipotent, polyvalent et flexible.
Il est à la diversité ce que le hamburger est à la gastronomie mondiale. Il se décline en une kyrielle de déguisements sans jamais dénaturer la posture initiale qui lui est affectée, celle d’un produit standard satisfaisant aux attentes conditionnées de la Planète entière. Même noir, il paraît blanc ! Le guerrier Massaï n’a rien de Massaï, à peine laisse-t-on croire qu’il s’agit d’un germain grimé10.
Le Playmobil est aussi une figurine que l’on manipule. C’est un jouet que l’enfant domine. D’ailleurs, il le domine à double titre : par sa taille et par l’aventure qu’il décide de lui faire vivre.
C’est précisément dans cette dimension que le travail de David Delesalle s’inscrit comme une altérité. En sur-dimensionnant le Playmobil, l’artiste le rend (plus) humain, plus proche de ce que nous sommes. Mais il place aussi le spectateur dans un rôle de dominé, surclassé par l’inerte et par la figure statutaire – presque autoritaire – du Playmobil . Il s’impose à nous.
Il s’impose à nous aussi, parce qu’il est seul sur le format qu’il occupe. Et nous sommes seul à seul face à lui. Sans le savoir véritablement, nous reproduisons l’expérience du fidèle face à l’icône. Nous attendons beaucoup de l’image, et elle nous subordonne à son état. Rendant le dispositif visuel atemporel, bien plus encore que le motif lui-même qui rend – déjà - très confus les temps et les époques.

 

>>>




8. Archéographe : (néologisme) équivalant graphique de l’archéologue.
9. La définition qu’Étienne Souriau propose du terme, est éclairante : « Clinquant : Le clinquant est au sens propre une petite lamelle d’or ou d’argent qui rehausse une broderie ; c’est aussi et plus souvent un ornement brillant mais sans valeur. Et au figuré on désigne ainsi dans les arts et dans la littérature tout ce qui au premier abord semble brillant, mais qui procède soit d’un mauvais goût, soit du désir d’étonner par des moyens qui ne résistent pas à une critique sérieuse et sensée. Les « mots » des comédies et même les « pensées » des philosophes sont parfois du clinquant ». In Vocabulaire d’esthétique d’Étienne Souriau, sous la direction d’Anne Souriau, p1171, 1990-2006, Quadrige/PUF.
10. Le site internet de la marque décline des archives depuis 1975 à nos jours, par thèmes et par familles.