Jetons de trictrac romans

Sommaire

Le trictrac : ancêtre du backgammon

Matériau : le bois de cerf

Origines des jetons

Un exemple d'illustration d'époque

Bibliographie

Générique

L'ensemble du texte

Retour au sommaire

Retour à l'ensemble des dossiers

Le trictrac, ancêtre du backgammonMatériau : le bois de cerf Origines des jetons Un exemple d'illustration d'époque : la tombe de Javarzay Retour au sommaire du dossier
Les trous des canaux d'irrigation du bois, cartel du jeton de trictrac dans une nouvelle fenêtre

Début du chapitre

Cette partie, composée d'os très compact, sauf sur l'extérieur, a souvent été exploitée après avoir été débitée sous forme de disques et équarrie ; c'est pour cette raison que de nombreux objets présentent des perforations souvent irrégulières subsistant sur la partie externe et faisant croire à des trous de fixation dus à la main de l'homme.
En fait, ces perforations sont des canaux d'irrigation orientés verticalement et permettant la repousse rapide des ramures chaque année. Au moment de leur croissance, les bois sont recouverts d'une peau veloutée qui cache les vaisseaux sanguins logés dans ces canaux dont une partie devient visible lorsque la peau, ou velours, tombe à la fin de la croissance annuelle en laissant l'os à nu. C'est ainsi que s'expliquent les trous disposés irrégulièrement sur le bord des pions de jeux présentés ici.
Autre détail important, d'origine identique : la partie centrale de ces rondelles osseuses présente de minuscules canaux qui ont contenu également des vaisseaux capillaires. Leur densité, plus faible dans la partie inférieure du bois devient importante ensuite et rend l'os difficilement exploitable puisque spongieux. Contrairement aux autres os du squelette, la ramure du cerf n'est jamais creuse à l'intérieur.