Accès au Sommaire : Urbain Grandier : De la lumière aux ténèbres

Ismaël Boulliau (1605-1694)

Ismaël Boulliau (1605-1694)

retour
 

 

Ismaël Bouliau, une lunette astronomique et une sphère armilaire Portrait d'Ismaël Boulliau Huile sur toile. Portrait d'Ismaël Boulliau, jeune. Prêtre, mathématicien et astronome loudunais, probable vicaire d'Urbain Grandier de 1630 à 1632, il garde une grande estime pour le prêtre malgré ses excès. Fiche de cet objet des collections du musée de Loudun
Lunette astronomique Instrument en laiton et verre, fin du XIXe siècle. Musées de la Communauté d'Agglomération de Niort, Renaud Berthrand Fiche de cet objet (base de données)
Sphères armillaires Cette sphère céleste d'après Copernic, datée des environs de 1720, signée Delure, Paris, est en laiton gravé. Elle sert à démontrer le mouvement des planètes et celui des satellites par rapport au soleil, centre de l'univers. Pour la Terre, on peut aussi démontrer l'inégalité des jours et des nuits.
Elles furent d'abord réalisées pour défendre le modèle géocentrique (la Terre, centre de notre univers) puis d'autres modèles, comme celui-ci, furent conçus pour présenter le système copernicien. Musées de Poitiers, cliché Christian Vignaud Fiche de cet objet (base de données)

L'intérêt d'Ismaël Boulliau pour le ciel date de son enfance : son père observe en 1607, peut-être avec ses enfants, ce qu'on appellera plus tard la comète de Halley.

Prêtre à vingt-et-un ans et protestant converti, il a probablement été le vicaire d'Urbain Grandier pour la paroisse de Saint-Pierre-du-Marché. Fuyant la tourmente loudunaise en 1632, il gagne Paris et consacre ses recherches aux mathématiques et à l'astronomie.

Les préoccupations astronomiques d'Ismaël Boulliau font écho à une réflexion amorcée dès l'Antiquité mais remise au goût du jour par Copernic. Il défend des idées jugées hérétiques amenées par la révolution copernicienne qui replace le Soleil au centre de notre système (par opposition au système ptoléméen mettant la Terre au centre du monde). Il n'hésite pas à prendre parti pour Galilée, ce qui lui interdit un temps l'accès à Rome.

 
suite
 

Tous les documents

Dans les collections du musée Charbonneau-Lassay de Loudun

Dans les collections des autres musées...

Documents complémentaires