Retour à la page d'accueil générale
  Tout
 

Rechercher une publication pédagogique


Filtres
Vider

Filtres appliqués

228 résultat(s)

capture d'écran

Les salles disparues de la maison de Pierre Loti

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : avril 2013

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ; Histoire des Arts : arts de l'espace ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : architecture ; Pierre Loti ; collection ; préservation ;

La Maison de Pierre Loti est l'une des rares maisons d'écrivain qui possède encore ses décors, son mobilier d'origine et qui conserve toute son authenticité.

Au fur et à mesure des années et du nombre de visiteurs foulant le sol de ses pièces, les structures de l'édifice ont considérablement travaillé rendant impossible voire dangereuse la poursuite en l'état de son ouverture au public. Des travaux sont donc engagés pour stabiliser, renforcer et rénover la maison. C'est l'opportunité de revenir sur plusieurs salles (leur fonction et leur décoration) méconnues des visiteurs car soit disparues avant l'acquisition de la maison par la municipalité soit en trop mauvais état ou dépouillées de leur décoration pour être proposées à la visite.

Dans le cadre de ce projet de rénovation de la Maison de Pierre Loti (fermée pour rénovation le 1er octobre 2012), se pose la question de l'évocation ou de la reconstitution de ces ensembles décoratifs dénaturés ou disparus après la mort de l'écrivain.

Le texte de cette publication est tiré de la conférence La problématique des salles dénaturées ou disparues de la Maison de Pierre Loti donnée par Claude Stefani, conservateur des Musées municipaux de Rochefort-sur-Mer. Pour chaque pièce est décliné l'état initial (quand les données disponibles le permettent) et le parti pris adopté dans le cadre du projet de rénovation.

capture d'écran

La demi-berline du musée de Thouars

Type : Un regard, une œuvre (Site ou page web ) Publié : mars 2013

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : voyage ; époque et style ;

La demi-berline du musée de Thouars est une oeuvre d'exception dans les collections des musées publics. Elle figure parmi les plus anciens véhicules hippomobiles conservés et est le témoin d'un savoir-faire et d'un savoir-vivre raffinés. Elle déploie une ornementation élégante à la croisée des styles Louis XV et Louis XVI.

capture d'écran

Histoire des poinçons. Les poinçons depuis le Moyen Âge et les poinçons des orfèvres niortais du XIXe siècle

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web Site ou animation Flash ) Publié : février 2013

 

Disciplines : Histoire ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : métaux ; artisanat ; orfèvrerie ;

Les poinçons, ces toutes petites marques apposées sur les objets en métal précieux, presque invisibles à l'oeil nu, sont pourtant une source intarissable d'informations sur l'objet sur lequel ils sont frappés. Les poinçons d'orfèvres, à ne pas confondre avec les poinçons de garantie qui les accompagnent généralement, sont d'une grande diversité et d'une grande richesse graphique. C'est en s'intéressant à eux et aux pièces d'orfèvrerie qu'ils ornent que l'on découvre de véritables dynasties d'orfèvres.

Cette exposition virtuelle retrace l'histoire et la signification des poinçons de maîtres orfèvres dans toute leur richesse et leurs variations, au travers de la collection d'orfèvrerie du XIXe siècle des musées de Niort.

Cette exposition complète une précédente publication qui retrace, elle, l'évolution des poinçons d'État pour l'or et l'argent de 1793 à nos jours.

capture d'écran

Le portrait dit « d’un trésorier »

Type : Un regard, une œuvre (Site ou page web ) Publié : janvier 2013

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ;

Mot(s) clé(s) : portrait ; peinture ;

À partir d'un travail d'archives, Danielle Velde tente de reconstituer la genèse d'un tableau jusqu'alors connu sous le seul titre de « portrait d'un trésorier ». Cette oeuvre, confiée au musée de Poitiers par les « Musées Nationaux Récupération », service gérant les objets issus des spoliations opérées par les nazis lors de la seconde guerre mondiale, était jusqu'à présent largement méconnue.

En se basant sur les archives disponibles et les indices présents dans le tableau, cette recherche explore les indices qui permettent de donner un nom à l'inconnu du tableau et au peintre.

capture d'écran

L'âge roman, retour sur les expositions de la région Poitou-Charentes en 2011

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : décembre 2012

Classes : CE1 ; CE2 ; CM1 ; CM2 ; 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ;

Mot(s) clé(s) : architecture ; Poitou-Charentes ; Art roman ; moyen-âge ; Antiquité ; religion ; musées ; muséographie ; archéologie ;

L'année 2011 a vu, dans les musées de la région Poitou-Charentes, une grande rétrospective sur « L'âge roman », qui a marqué la région entre le Xe et le XIIe siècle, par l'architecture aussi bien civile que religieuse, la culture écrite ou orale ou encore la peinture et la sculpture. Autant d'éléments qui ont influencé les développements ultérieurs de l'art et de la société médiévale.

Le dynamisme extraordinaire de cette culture romane continue à travers les âges à interpeller, avec la richesse ornementale et symbolique de ses églises, l'image des troubadours de la cour des comtes-ducs d'Aquitaine et des chevaliers, et, depuis la redécouverte de cette période au XIXe siècle, nous montre le foisonnement créatif qui la caractérise.

Cette exposition virtuelle reprend les axes développés par six musées de la région Poitou-Charentes (Poitiers, Saintes, Saint-Jean d'Angély, Airvault, Parthenay et Angoulême) et vous invite à plonger au coeur de cet âge roman rêvé, revisité, mais également étudié avec rigueur par les archéologues et universitaires qui tentent d'en faire jaillir une image fidèle.

capture d'écran

Statuettes et figurines divines en Gaule romaine

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : novembre 2012

Classes : CP ; CE1 ; 6e ; 5e ; 2e ; 1e ;

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ;

Mot(s) clé(s) : sculpture ; mythologie ; Antiquité ; croyances religieuses ; Dieux ; archéologie ;

Les sites archéologiques gallo-romains livrent régulièrement des statuettes de petites dimensions, allant de quelques centimètres à quelques dizaines de centimètres. Réalisées en terre cuite moulée, en pierre sculptée ou encore en bronze, elles sont découvertes dans différents contextes, sur tout type d'implantation romaine en Gaule : villæ, ateliers artisanaux, sanctuaires et sépultures.

Ces statuettes et statues sont issues de la rencontre de deux mondes, gaulois et romain, et de leurs panthéons : entre conflit et assimilation elles sont l'expression d'un monde symbolique complexe où les divinités se croisent, se jouxtent et se mélangent pour créer l'identité de la société gallo-romaine.

capture d'écran

Pyrame et Thisbé, la représentation de l'amour transcendé...

Type : Un regard, une œuvre (Site ou page web ) Publié : octobre 2012

Classes : 4e ; 2e ; 1e ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire des Arts : arts du visuel ; Latin ;

Mot(s) clé(s) : religion ; peinture ; paysages ;

« Ces violentes joies ont des violentes fins
Et meurent dans leur triomphe comme feu de poudre » W. Shakespeare, Roméo et Juliette, Acte II.

Après Diane et Callisto représentées sur le décor d'un plat en faïence du musée de Parthenay, l'occasion nous est à nouveau donnée de revenir sur un passage tiré des Métamorphoses d'Ovide : le double suicide de Pyrame et de Thisbé qui inspirera W. Shakespeare pour son drame Roméo et Juliette.

L'analyse du tableau : Pyrame et Thisbé, appartenant aux collections du musée de l'Échevinage de Saintes, prend en compte la recherche formelle et la signification du sujet. Elle inscrit également cette scène d'amour et de sacrifice dans le contexte de l'histoire politique et artistique d'une époque où s'affrontent protestantisme et catholicisme à coup de Réforme et de Contre-Réforme.

capture d'écran

Les Mystères de la vie du Christ de l'abbaye Sainte-Croix

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : septembre 2012

Classes : CP ; CE1 ; CE2 ; CM1 ; CM2 ; 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ;

Mot(s) clé(s) : religion ; peinture ; Renaissance ;

À la Révolution, la saisie des biens du clergé fit entrer au « Museum » créé en 1793 à Poitiers, trente-six tableaux provenant de l'abbaye Sainte-Croix, vingt-huit peints sur cuivre et huit sur bois. Ils furent restitués à la communauté des « Dames de la Charité » en 1808. Cependant on n'en dénombrait plus que vingt-neuf en 1965 lorsque les religieuses, déménageant à La Cossonière, les remirent au musée municipal, sauf trois qu'elles conservent à titre de dépôt.

Leur importance historique et leur qualité esthétique n'ont été soulignées que tardivement car, installés à l'intérieur de la clôture du couvent, ils n'étaient pas visibles du public. Jean-Marie Moulin, conservateur des musées de Poitiers dans les années 1960, a pu en attribuer vingt à un peintre hollandais, Everard Quirijnz van der Maes, actif dans la première moitié du XVIIe siècle. Ils auraient été offerts à l'abbesse Flandrine de Nassau, dans les années 1630, et se placent ainsi à la frontière entre deux mondes opposés, protestant et catholique.

capture d'écran

Réalité augmentée sur le tableau de François Nautré

Type : Un regard, une œuvre (Site ou page web Avec contenu vidéo ) Publié : juillet 2012

 

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ; Histoire des Arts : arts du son ;

Mot(s) clé(s) : Art roman ; peinture ; musique ; réalité augmentée ;

Le mardi 26 juin dernier s'est tenue la présentation publique de réalité augmentée « Ram » (Réalité Augmentée au Musée) réalisée par Arnaud Dérès dans le cadre de son stage de Master II, Ingénierie des Médias pour l'Éducation (Université de Poitiers) effectué à la DRAC Poitou-Charentes. L'étudiant a reçu de l'équipe d'Alienor.org l'appui technique nécessaire pour aboutir à la mise en ligne de son expérimentation. Ce projet est désormais accessible au public.
Vous trouverez plus d'informations et la procédure d'installation sur notre publication : Un regard, une oeuvre : Le siège de Poitiers par l'amiral Gaspar de Coligny en 1569, de François Nautré sur la nouvelle page dédiée à cette réalisation (http://www.alienor.org/publications/plan_nautre/ar.htm).


Si l'expérience de réalité augmentée a été prévue pour s'exécuter devant l'oeuvre, elle peut toutefois être tentée sur toutes ses représentations, si elles sont de taille suffisante, y compris devant l'écran d'un ordinateur affichant le tableau (http://www.alienor.org/publications/plan_nautre/).

Vous pouvez retrouver plus d'informations sur le projet et sa présentation sur notre page Facebook : (http://www.facebook.com/Alienor.org).

Bonne découverte !

capture d'écran

Âge roman, parcours en Charente

Type : Parcours de découverte (Site ou page web ) Publié : juin 2012

 

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ; Histoire des Arts : arts de l'espace ;

Mot(s) clé(s) : architecture ; Poitou-Charentes ; Art roman ; moyen-âge ;

Le territoire couvert par le département de la Charente est marqué d'une forte identité imprimée par son fleuve certes, mais aussi, et en particulier aux XIe et XIIe siècles, par la personnalité des comtes d'Angoulême, les Taillefer, qui y exercèrent une gestion éclairée. À leur exemple, la générosité de nombreux seigneurs locaux a favorisé les fondations religieuses. Le chantier de la cathédrale d'Angoulême, entrepris dans la première moitié du XIIe siècle par l'évêque Girard, synthétise les innovations architecturales du siècle précédent caractéristiques de ce que l'on appelle « l'art charentais » : nef unique couverte de files de coupoles sur pendentifs, abside sans déambulatoire, façade rythmée par des travées hautes et étroites dans les arcatures desquelles vient se nicher une abondante sculpture.

Ce quatrième et dernier parcours de la série privilégie des monuments de Charente où ces expériences ont été testées au XIe siècle (Lesterps, Châteauneuf-sur-Charente, Cellefrouin) et ceux qui, plus tard, se sont inspirés de la cathédrale (Lichères, Châtres). Il attire également l'attention sur des monuments singuliers (Saint-Michel d'Entraygues et son plan octogonal, le site souterrain d'Aubeterre et la chapelle des Templiers de Cressac dont les peintures murales relatent un épisode des croisades où se sont illustrés des chevaliers de l'Angoumois).