Retour à la page d'accueil générale
  Tout
 

Rechercher une publication pédagogique


Filtres
Vider

Filtres appliqués

Supprimer tradition

5 résultat(s)

capture d'écran

La restauration point par point d'un bonnet rond dit de touraine

Type : Vidéo (Avec contenu vidéo ) Publié : janvier 2015

Classes : 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire ; Technologie ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : restauration d'œuvre ; tradition ; stylisme ; costume et accessoire du costume ;

Cette vidéo propose de découvrir tous les aspects de la restauration d'une coiffe traditionnelle (ici un bonnet rond), de l'analyse méticuleuse de l'objet, à son dépoussiérage, son nettoyage élément par élément, pour enfin ré-amidonner, réassembler le bonnet, et le conserver à l'abri de la lumière et de la poussière.

La connaissance des techniques et gestes anciens des lingères est indispensable de même que celle des règles de préservation des textiles anciens.

Suivez donc, pas à pas, toutes ces étapes qui sont réalisées et commentées par Lætitia Briand, restauratrice textile pour les musées de Châtellerault et qui nous dévoile une partie de son métier et de son savoir-faire.

Pour plus de facilité, chaque étape est chapitrée afin de retrouver rapidement les interventions de votre choix.

capture d'écran

Les masques Kanak des musées de Poitou-Charentes

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : février 2012

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ;

Mot(s) clé(s) : rites et coutumes ; Océanie ; tradition ;

Les masques, objets associés à la chefferie, étaient utilisés lors des cérémonies de deuil dans le nord de la Nouvelle-Calédonie ou lors de danses rituelles dans le sud.
Composé d'une coiffe réalisée avec les cheveux des deuilleurs, d'une figure grimaçante taillée dans du bois et d'un manteau composé de fibres végétales, de cheveux ou de plumes, le masque Kanak est un objet complexe aux symboliques multiples.
Les musées de Poitou-Charentes possèdent plusieurs masques collectés par des passionnés au tournant du XIXe et du XXe siècle. Nous vous proposons de les découvrir dans ce dossier.

capture d'écran

L’amour sous verre, Petite présentation de bouquets de mariée

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : septembre 2005

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ;

Disciplines : Histoire ; Éducation civique, juridique et sociale ;

Mot(s) clé(s) : symbole ; mariage ; tradition ;

Les bouquets de mariée sont de formes très variables allant du plus modeste au plus richement décoré. S'il est possible d'évoquer le cas général des bouquets de mariée, la prudence doit être de mise dans de nombreux cas particuliers surtout lorsque l'élément symbolique se mêle étroitement à l'ornementation purement décorative ou à l'histoire personnelle.

Provenant pour la plupart de dons ou d'achats faits à des collectionneurs, les bouquets de mariée ont intégré les collections des musées sans que l'on puisse connaître l'histoire des époux qui les avaient constitués. Comme pour la plupart des objets d'ethnographie régionale, l'usage et la signification des bouquets de mariage nous sont connus grâce à des témoignages issus de la tradition orale.

capture d'écran

Le microcosme des netsuke

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : mai 2004

Classes : 6e ; Term. ;

Disciplines : Histoire des Arts : arts du visuel ; Histoire ; Géographie ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : mythologie ; symbole ; collection ; tradition ; costume et accessoire du costume ; Japon ;

Le vêtement traditionnel japonais (le kimono) est dénué de poche. Les femmes japonaises ont souvent recours à des sacs à main pour garder auprès d'elles papiers, clés, médicaments ou monnaie. Pour garder sur lui ce genre de petits objets, l'homme utilise des boîtes ou des bourses qu'il fixe à la ceinture de son kimono.

L'ensemble des éléments qu'il porte à cette large bande de tissu appelée obi reçoit le nom de sagemono (les objets suspendus). [...] Ils sont maintenus par des cordons passés entre la ceinture et le kimono. Fixé à l'extrémité supérieure de chaque cordelette, le netsuke est placé au-dessus de l'obi ; de par sa forme et son volume, un peu à la manière d'un taquet, il bloque le cordon et maintient le sagemono à la ceinture... (extrait du dossier)

capture d'écran

Modestes et éclatants, quatre bijoux féminins traditionnels

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : avril 2004

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ; 2e ; 1e ;

Disciplines : Histoire ; Éducation civique, juridique et sociale ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : symbole ; rite de passage ; mariage ; tradition ; costume et accessoire du costume ;

Hormis pour quelques provinces plus favorisées dans lesquelles le bijou traditionnel est connu dès le 18e siècle, c'est surtout à partir du début du 19e siècle que se développe, en même temps que la coiffe et le costume, le bijou régional.
Peu d'exemples sont connus en Poitou avant la Révolution et le bijou populaire n'a que très rarement atteint, à cette époque, le milieu paysan ou artisanal qui reste pauvre.

Les bijoux sont souvent acquis lors d'un déplacement vers la ville, au moment des foires et marchés.

C'est au cours du 19e siècle que se développent les ateliers locaux comme ceux de Niort qui vont répondre aux besoins de plus en plus nombreux d'une clientèle plus aisée formée par la paysannerie, les petits artisans-commerçants et la petite bourgeoisie. (extrait du dossier)