Retour à la page d'accueil générale
  Tout
 

Rechercher une publication pédagogique


Filtres
Vider

Filtres appliqués

Supprimer stylisme

6 résultat(s)

capture d'écran

La restauration point par point d'un bonnet rond dit de touraine

Type : Vidéo (Avec contenu vidéo ) Publié : janvier 2015

Classes : 2e ; 1e ; Term. ;

Disciplines : Histoire ; Technologie ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : restauration d'œuvre ; tradition ; stylisme ; costume et accessoire du costume ;

Cette vidéo propose de découvrir tous les aspects de la restauration d'une coiffe traditionnelle (ici un bonnet rond), de l'analyse méticuleuse de l'objet, à son dépoussiérage, son nettoyage élément par élément, pour enfin ré-amidonner, réassembler le bonnet, et le conserver à l'abri de la lumière et de la poussière.

La connaissance des techniques et gestes anciens des lingères est indispensable de même que celle des règles de préservation des textiles anciens.

Suivez donc, pas à pas, toutes ces étapes qui sont réalisées et commentées par Lætitia Briand, restauratrice textile pour les musées de Châtellerault et qui nous dévoile une partie de son métier et de son savoir-faire.

Pour plus de facilité, chaque étape est chapitrée afin de retrouver rapidement les interventions de votre choix.

capture d'écran

Poupée[s] : petit inventaire de formes et d'usages

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : septembre 2004

Classes : CP ; CE1 ; CE2 ; CM1 ; CM2 ; 4e ; 2e ;

Disciplines : Art plastique ; Histoire ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : rites et coutumes ; rite de passage ; jeu ; stylisme ; costume et accessoire du costume ;

De son origine latine puppa ou pupa c'est-à-dire « mamelle, sein », le mot « poupée » possède, dans notre culture, une profonde connotation maternelle qui renvoie à une relation entre le monde des adultes et celui des enfants. L'objet inanimé plus ou moins anthropomorphique ne devient réellement « poupée » que lorsque l'enfant a établi un lien fort, considérant la statuette comme son propre nourrisson, son double ou son confident. La poupée intègre alors pleinement sa fonction de jouet.

Si l'usage premier de jouet s'est maintenu au fil des siècles, l'utilisation du terme de « poupée » a été étendu à des figurines qui n'étaient plus forcément fabriquées à destination de l'enfant.

Le terme « poupée » est aussi employé, parfois abusivement, par les occidentaux pour désigner certaines figurines réalisées par des peuples de culture animiste. Pour autant, ces statuettes de dimensions similaires aux poupées occidentales, ne sont que pour certaines d'entre elles – les poupées de fécondité – transmises aux enfants.

capture d'écran

Points de broderie

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : octobre 2002

 

 

Mot(s) clé(s) : broderie ; stylisme ; costume et accessoire du costume ;

Depuis la préhistoire on brode pour décorer les étoffes. On sait par les textes que Babylone puis Byzance pratiquent avec luxe l'art de la broderie qui se répand en Occident dès le haut Moyen Age.

Les grands centres de broderie sont alors l'Angleterre, l'Allemagne et l'Italie où les premiers recueils de motifs et de points apparaissent au XVIe siècle.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la broderie est pratiquée partout et pour tout ; elle continue à être employée pour décorer les objets destinés au culte et elle se déploie avec luxe sur les vêtements et dans l'ameublement.

Au XIXe, elle devient un travail et un passe-temps pratiqués par les femmes.De nos jours elle n'est plus enseignée à l'école comme auparavant, mais elle connaît un regain de popularité.

(extrait du dossier)

capture d'écran

La vie quotidienne d'une bourgeoise au milieu du XIXe siècle

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : avril 2002

Classes : 4e ; 2e ; 1e ;

Disciplines : Histoire ; Histoire des Arts : arts du quotidien ;

Mot(s) clé(s) : vie quotidienne ; stylisme ; costume et accessoire du costume ;

Grande gagnante de la Révolution, la bourgeoisie domine tout le 19e siècle. Mais, pour être plus juste, devrait-on parler des bourgeoisies.En effet, cette catégorie comprend aussi bien les grands propriétaires, ceux qui ont fait fortune dans les affaires, les professions libérales, les fonctionnaires que l'artisan arrivé ou celui qui tient boutique en ville.
De plus une grande différence existe entre la bourgeoisie rurale et la bourgeoisie urbaine parmi laquelle les parisiens tiennent le haut du pavé. Un point commun cependant, la croyance en la nécessité du travail et la mystique de la réussite...

(extrait du dossier)

capture d'écran

Coiffée en Poitou, être et paraître

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : août 1999

Classes : 6e ; 5e ; 4e ; 3e ;

Disciplines : Histoire ; Éducation civique, juridique et sociale ;

Mot(s) clé(s) : rite de passage ; mariage ; stylisme ; costume et accessoire du costume ;

...Les jours ordinaires, la coiffe doit être peu coûteuse, peu fragile, et facile à entretenir. Les formes restent définies par la mode locale. On les retrouve dans les coiffes brodées des jours de fête...

(extrait du texte)

capture d'écran

La pantine : une coiffure particulière

Type : Exposition virtuelle (Site ou page web ) Publié : janvier 1999

 

 

Mot(s) clé(s) : broderie ; stylisme ; costume et accessoire du costume ;

Un soin particulier a toujours été apporté à la protection et à la parure de la tête. Par coiffure, on désigne tout ce qui sert à couvrir ou à orner la tête. Les femmes ont porté des coiffes, jusque dans la première moitié du 20ème siècle.
A travers ce type de coiffure, les moeurs et la mode s'approprient un autre mode d'expression. Toute coiffure est " identification " voire symbole.
La chevelure de la femme, considérée comme " parure naturelle ", et sa nuque, devaient être cachées, par pudeur et par superstition. Jour et nuit, elle porte une coiffe, un chapeau ou un bonnet.
Les traditions, les modes et les lieux diversifient les modèles selon la créativité et l'habileté des lingères et des brodeuses.

(extrait du dossier)