portrait - Jeune fileuse du Sud Algérien

Titre :

Jeune fileuse du Sud Algérien

Dénomination : portrait
Auteur - Exécutant : Guillaumet Gustave
Désignation
Numéro d'inventaire : MAH.2017.3.1
Domaine : peinture
Matières : toile (support)
Techniques de réalisation : peinture à l'huile
Dimensions et formes : H. 73,5 ; L. 56
Sujets représentés : portrait, femme, algérien, fileuse, costume traditionnel, tente
Description :

Tableau représentant dans un clair-obscur saharien, le portrait en pied d'une jeune fileuse algérienne. La jeune femme, se tient sous une tente, debout, de face. Elle porte accrochée à sa ceinture sa quenouille, se libérant ainsi pour filer les fibres de ses deux mains (avec la grâce d'une danseuse).

Type d'inscription : signature
Données sur l'exécution
Siècle ou millénaire : 4e quart 19e siècle
Précision sur la genèse :

La Jeune Fileuse est sans aucun doute postérieure au Campement d'un goum exposé au Salon de 1870 et conservé par le musée des Beaux Arts de La Rochelle. C'est l’un des premiers témoignages de l’art de la maturité de l’artiste, devenu alors un maître reconnu (à partir de 1874, il figure au Salon comme artiste « Hors Concours »), qui atteste d’un savoir-faire original, dégagé des modèles romantiques et de la référence à Fromentin, qui marquent sa jeunesse, mais aussi de nouvelles pratiques en territoire algérien (le peintre s’introduit dans des univers féminins, ici sous la tente d’une tribu nomade, et y séjourne assez longtemps pour y travailler sur le motif). Cette étude peinte de grande qualité est en effet à rapprocher d’un grand tableau daté 1874, Femmes arabes sous la tente, et d’une esquisse préparatoire à ce tableau, Sous la tente, dont la figure principale est très proche de la Jeune Fileuse. Cette peinture illustre avec éclat la manière de Guillaumet, qui étudiait avec le plus grand soin chacune des figures d’une grande composition. Elle est en outre remarquable à divers titres :

 - la série sous la tente à laquelle elle appartient est la toute première des Intérieurs, qui est la plus originale et la plus achevée de l’œuvre de Guillaumet – premier artiste à avoir pénétré dans les « douars » et les « gourbis » du Sud ; celle aussi qui inspirera des générations d’artistes à sa suite. En effet, à partir des années 1880, et jusqu’à sa mort, Guillaumet se consacrera presque exclusivement à la représentation de femmes au travail dans leurs intérieurs – fileuses, tisseuses ou cuisinières (cf musée d’Orsay). C’est du reste une jeune fileuse de Bou Saada que le sculpteur Barrias fait figurer sur le monument funéraire de l’artiste.

- la réalisation de ce tableau permet d’apprécier tant l’attention quasi ethnographique de l’artiste pour le geste, l’attitude, le costume et les parures, que la maîtrise formelle du peintre – dans ce portrait baigné d’un clair-obscur saharien, particulièrement séduisant.

Administration
Localisation de l'objet : musée des Beaux-Arts (Limoges, bât.)
Propriétaire : La Rochelle propriété de la commune
Date d'acquisition : achat en 2017
Service gestionnaire : musées d'Art et d'Histoire de La Rochelle
Documents et objets liés
Exposition : L'Algérie de Gustave Guillaumet La Rochelle 2018-2019 Numéro dans le catalogue : 1
© Alienor.org, musées d'Art et d'Histoire de La Rochelle

M0825_2017-3-1a
musées d'Art et d'Histoire de La Rochelle


Nous ne donnerons pas suite à vos demandes d'estimation financières, veuillez vous rapprocher des salles de vente ou des commissaires priseurs pour ce type de démarche.
Merci de votre compréhension.