statue

Dénomination : statue
Auteur - Exécutant : Bakongo (artisan)
Désignation
Numéro d'inventaire : H.2729
Domaine : sculpture, ethnologie
Appellation vernaculaire : nkisi
Matières : bois, fer, verre, Composite
Dimensions et formes : H. 54 ; P. 52 ; l. 30
Description :

Statue représentant un personnage masculin, trapu, joufflu, penché vers l’avant, doté de courtes jambes et de deux grands pieds, sculptés sur un socle en bois robuste. Sur la tête est sculpté un bonnet à surface rugueuse, noirâtre, sur lequel sont disséminées de petites crêtes. Présente de plusieurs traces de restauration et d’une large cavité postérieure. Le front est plat et entouré d’un bandeau en étoffe attaché sur la nuque et portant un attribut frontal. Deux cavités dont l’une obstruée par quelques attributs matérialisent les deux yeux. Les narines sont évasées. Le personnage est doté de grosses lèvres et d’un court menton. Les lobes des oreilles sont bien apparents. Le cou est prolongé par un large buste parsemé de pointes en fer, à têtes arrondies, de dimensions variables et d’une sculpture ventrale, rectangulaire, obstruée par du verre. Les deux bras sont légèrement fléchis, le bras  gauche décollé du buste, mains posées latéralement sur le buste et le bras droit levé, la paume mi-ouverte dans laquelle est insérée une lance, longue de 51,50 cm et large de 3,50 cm. Celle-ci présente une lame foliacée, à base légèrement biseautée, à nervure médiane, présentant une petite cassure latérale. L’emmanchement est à douille. Le manche est en bois.

Découverte
Lieu de découverte  - de collecte : Afrique centrale
Précision sur la découverte, collecte :

Congo, Mayombé

Données sur l'utilisation
Précision sur l'utilisation :

Statue à clous dit « nkondé » pouvant être classé en raison de la présence d’une lance parmi les plus dynamiques. Des clous mais aussi des lames métalliques transpercent partiellement « le corps ».   Une petite surface était cependant dépourvue de clous ou de lames métalliques permettant au féticheur d’intervenir et « d’activer » la statue par de petits attouchements.On plantait un clou à chaque fois qu’un engagement ou un serment était pris ou conclu. Cependant une partie du corps était dépourvue de clous pour permettre au féticheur par de multiples attouchements selon On enfonçait alors dans le corps de la statue une pointe qui devait y rester tant que le contrat n’était pas complètement rempli.

Administration
Localisation de l'objet : museum d'Histoire Naturelle (La Rochelle, bât.)
Propriétaire : La Rochelle propriété de la commune
Date d'acquisition : don avant 2015
Ancienne appartenance : Bron Achille
Service gestionnaire : Museum d'Histoire Naturelle de La Rochelle

Nous ne donnerons pas suite à vos demandes d'estimation financières, veuillez vous rapprocher des salles de vente ou des commissaires priseurs pour ce type de démarche.
Merci de votre compréhension.