tableau - Combat entre les chaloupes françaises et les chaloupes anglaises en rade de l'île d'Aix

Titre : Combat entre les chaloupes françaises et les chaloupes anglaises en rade de l'île d'Aix
Dénomination : tableau
Auteur - Exécutant : Fouqueray Dominique Charles (peintre)
Désignation
Numéro d'inventaire : 1912.1.1B
Domaine : peinture, arts
Matières : toile (support)
Techniques de réalisation : peinture à l'huile
Dimensions et formes : H. 176 ; l. 151 (toile) - H. 198 ; l. 174 ; E. 9 (cadre)
Sujets représentés : bataille navale
Description :

La bataille de l'île d'Aix, également appelée « affaire des brûlots », est une bataille navale, entre les Britanniques et les Français, qui eut lieu les 11 et 12avril1809, dans le cadre de la Cinquième Coalition. Le combat va se tenir face à l'embouchure de la Charente entre Fouras et l'île d'Oléron, avec au Nord l'île d'Aix. En 1809, Napoléon a institué le blocus continental. Mais la flotte britannique bloque chacun des ports de l'Empire en représailles. Les colonies des Antilles sont menacées. Il est prévu d'y envoyer une escadre pour apporter des approvisionnements et des renforts. À cet effet, des navires partent de Brest, sous le commandement de l'amiral Willaumez, pour gagner Rochefort, lieu de rassemblement du départ officiel vers les colonies. Ils doivent récupérer, au passage, des navires à Lorient, mais ceux-ci ne sont pas prêts. L'escadre n'attend pas et continue sa route pour atteindre Rochefort sans encombre. Les navires français, ancrés devant l'embouchure de la Charente, sont surveillés par l'escadre anglaise qui mouille un peu au nord-ouest de l'île d'Aix dans la rade des Basques. Cette bataille se solde par une indiscutable victoire britannique, détruisant une frégate et quatre vaisseaux de l'escadre française, sans autres pertes que les brûlots (navires capturés et utilisés comme bombes flottantes) qu'ils ont utilisés et ruinant les espoirs de renforts pour les colonies menacées aux Antilles. C'est encore un nouveau désastre pour la marine impériale, à force égale, malgré la présence de forts redoutablement armés, malgré la connaissance de la côte, les vaisseaux français pourtant en très bon état de combattre s'avèrent impuissants face à la détermination et l'ingéniosité de l'ennemi.

On chercha des coupables et on les jugea en conseil de guerre. Les condamnés n'étaient cependant pas les responsables, n’ayant fait que suivre une stratégie élaborée par les généraux de Napoléon. Le procès, jugé aujourd’hui indigne, fit scandale.

Type d'inscription : étiquette
Transcription des inscriptions : Carnegie Art galleries. Pittsburgh. PA
Données sur l'exécution
Siècle ou millénaire : 1er quart 20e siècle
Administration
Localisation de l'objet : musée le Présidial (Saintes, bât.)
Propriétaire : Saintes propriété de la commune
Date d'acquisition : achat le 25 July 1912
Service gestionnaire : conservation des musées de Saintes
© Alienor.org, Musées de la Ville de Saintes

Nous ne donnerons pas suite à vos demandes d'estimation financières, veuillez vous rapprocher des salles de vente ou des commissaires priseurs pour ce type de démarche.
Merci de votre compréhension.