Lobi

État civil : Lobi
Type de personne : ethnie
Identification
Biographie : Occupant les territoires frontaliers de la Côte-d'Ivoire, du Burkina Faso et du Ghana, les Lobi, qui étaient traditionnellement des chasseurs et des éleveurs, sont restés longtemps fidèles aux anciennes croyances animistes.
Selon Piet Meyer, qui les a le mieux étudiées, la plupart des sculptures lobi que l'on connait ont été exécutées à la demande des devins, que les lobi consultent pour résoudre tous leurs maux : le devin, à qui son client s'est gardé d'exposer l'exacte nature de son problème, invoque les esprits Thila avec qui il entre en relation par voie médiumnique, et identifie le mal en question, le thil qui est à l'origine et les moyens d'y remédier. Le mal une fois identifié et exposé par le devin à son client, ce dernier peut ainsi vérifier que le contact a bien été établi avec le Thil fauteur de trouble : les esprits exigent, le plus souvent, la réalisation d'un autel dans la maison même du patient, sur lequel seront placées et honorées une ou plusieurs figures anthropomorphes censées les représenter. Appelées Bateba, ces statuettes, dont le devin a prescrit à l'avance le matériau (bois, terre cuite ou métal), la taille et la forme, se divisent en plusieurs catégories, parmi lesquelle :

- les bateba phuwé ou figures ordinaires, représentant le plus souvent des personnages debout n'exécutant aucun geste particulier.

- les bateba bambar, figures paralysées, représentées assises qui jouent le rôle de gardiennes des maisons.

- les bateba yadawora ou figures tristes, conçues pour éloigner d'une famille le malheur ou un deuil.

- les tibala ou figures extraordinaires, réputées dangereuses et ne pouvant être utilisées que par leur seul propriétaire : elles sont pourvues de particularités physiologiques qu'on ne trouve normalement pas chez les êtres humains (un seul bras, deux têtes, trois torses pour une seule jambe, etc...)

- les tipuoi ou personnes dangereuses, aux bras levés contre les sorciers, etc...

Stylisées selon une triangulation propre à l'art Lobi, ces statuettes sont très souvent recouvertes d'une patine croûteuse, résidu des nombreux sacrifices offerts pour contenter les thila.
© Alienor.org, musée des Beaux Arts d'Angoulême

Nous ne donnerons pas suite à vos demandes d'estimation financières, veuillez vous rapprocher des salles de vente ou des commissaires priseurs pour ce type de démarche.
Merci de votre compréhension.