Papier peint panoramique "Les Incas". - MNM.1982.3.3
14 lés de papier peint panoramique sur le thème des Incas (incomplet), imprimés selon la technique d'impression à la planche de couleurs à la détrempe.

9, place Gambetta (cœur de ville)

17310 Saint-Pierre-d’Oléron

Ouvert - dimanche : 14h - 18h

9, place Gambetta (cœur de ville)

17310 Saint-Pierre-d’Oléron

Ouvert - dimanche : 14h - 18h

9, place Gambetta (cœur de ville)

17310 Saint-Pierre-d’Oléron

Ouvert - dimanche : 14h - 18h


Caractéristiques

Numéro d’inventaire
MNM.1982.3.3
Domaine
imprimé - arts
Autre(s) numéro(s)
AOP 301 (ancien dépôt du musée du Louvre)
Dénomination
papier peint
Titre
Papier peint panoramique "Les Incas".
Auteur, exécutant
Dufour et Leroy - manufacture
Lieu de création - d'exécution
Paris (Paris, ville) : Paris, Paris (France, Ville)
Date d'exécution
Entre 1826
Siècle ou millénaire
2e quart 19e siècle
Matière
papier
Technique
décor imprimé à la planche - détrempe
Dimensions et formes
H. 230 ; L. 52,5
Source de la représentation
d'après le roman de Marmontel "Les Incas".
Jean-François Marmontel ( Bort-les-Orgues, 1723 - Hablowille, 1799) publie Les Incas en 1778 et le dédie au roi de Suède. L'ouvrage dénonce le fanatisme et le " faux zèle " de la religion. Relatant la conquête du Pérou par Pizarre, l'auteur insiste en effet sur les vertus de tolérance et de douceur qui caractérisent selon lui les Indiens et leur innocence, toute prête à accueillir le meilleur de la religion chrétienne, opposées à la cruauté et l'avidité des protagonistes européens.

L'histoire commence avec le pillage et l'incendie du palais de Montezuma par Cortès à Mexico. Orozimbo qui l'a fuit raconte à Ataliba, l'Inca de Quito, l'arrivée des Espagnols et ses conséquences. A la veille du désastre, il a confié sa soeur Amazili à son ami Telasco qui en est amoureux. Il est sans nouvelles d'eux depuis. Ces derniers ont, en fait, réussi à fuir mais ont été faits prisonniers par l'Espagnol Alvarado.
Les exactions contre les Indiens sont dénoncées violemment par le dominicain Bartholomeo de Las Casas. Il est soutenu, dans l'ouvrage, par deux jeunes guerriers, Gonsalve Davila et Alonzo de Molina. Le premier est le fils d'un cruel conquérant. Emprisonné par des Indiens, il est délivré par la bonté de leur cacique sur l'intercession de Las Casas. Le second, écoeuré, quitte Pizarre et se met au service d'Ataliba. Lors d'une cérémonie au soleil, il aperçoit la vierge consacrée Cora et en tombe éperdument amoureux. Envoyé en mission pour tenter une réconciliation avec Huascar, l'Inca de Cuzco, il échoue et cette guerre fratricide ouvre la porte aux Espagnols qui s'emparent d'Ataliba et exigent une rançon colossale en or.
Amazili, Telasco et Orozimbo qui se sont retrouvés, meurent tous trois à Tumbès en défendant l'empire inca devant les troupes d'Almagro. Alonzo et Cora périssent sous les coups des troupes de Pizarre. Gonsalve meurt également dans la bataille frappé par le cacique qui l'avait épargné.
Valverde, un religieux hypocrite, avide et malfaisant, fait tuer Ataliba.
Sujet représenté
art littéraire - inca - temple - Espagnol - cavalier
Localisation de l'objet
musée du Nouveau Monde (La Rochelle, bât.)
Propriétaire, type de propriété
La Rochelle, propriété de la commune
Première présence attestée dans les collections
En dépôt au musée du Nouveau Monde depuis 1983 après achat du musée du Louvre depuis son acquisition en 1982 par préemption en vente publique
Mode d'acquisition par le musée
transfert de propriété de l'État à titre gratuit
Service gestionnaire
Dépositaire de l'objet, date de dépôt
Musée du Louvre (déposé: 1983 - restitué : 02.02.2022)
Précisions administratives
- Validation du transfert de propriété par le Haut Conseil des musées de France (HCMF) le 19 novembre 2021 - Arrêté de la ministre de la culture en date du 3 février 2022, publié au Journal officiel de la République française du 6 février 2022, validant le transfert à la ville de La Rochelle, pour affectation au musée du Nouveau Monde Le Service des Musées de France (SMF) a engagé depuis 2020 une campagne de transferts de propriété de biens acquis par préemption entre 1921 et 1987 (cf. lois respectives du 31 décembre 1921 et du 23 juillet 1987), alors que les collectivités territoriales ne bénéficiaient pas du pouvoir de préemption et devaient faire appel aux conservateurs des musées nationaux. Cette œuvre a été inscrite à l'inventaire du musée en 1982 de manière indue.
Ancienne appartenance
Sotheby's Monaco
Hôtel des ventes, commissaire-priseur
Sotheby's Monaco - 08.02.1982
Ancien dépositaire
Musée du Louvre - 1983

Mentions légales

Mention légale
© Alienor.org, Musées d'Art et d'Histoire de La Rochelle

Une question? Contactez

Ces œuvres peuvent

vous intéresser