Musée du sous-officier

Collections

Découverte des musées en Nouvelle-Aquitaine  > Saint-Maixent-l'École  > Musée du sous-officier  > Collections RSS (S'abonner aux flux RSS du site)
 

 

À partir de 1949, le Tonkin, l'Annam et la Cochinchine sont regroupés au sein du nouvel État du Viêt Nam, associé à la France dans le cadre de l’Union française et dirigé depuis la ville de Saigon par l’empereur Bao Daï, rentré au Viêt Nam en avril 1949.

 

 

 

Pour justifier cette guerre coloniale devant l'opinion publique mondiale en général et du gouvernement américain en particulier, les autorités françaises la définissent davantage comme une lutte anticommuniste que comme une guerre coloniale. En effet, dès la fin de l’année 1949, des troupes chinoises s’installent le long de la frontière du Viêt Nam. L’Union soviétique et la Chine communiste de Mao Tsé-Toung accentuent leur soutien (livraison d’armes et de matériel, envoi d’instructeurs…) aux troupes du Viêt Minh. Ainsi, face à cette menace et avec le début de la guerre de Corée en juin 1950, les États-Unis se déclarent prêts à aider matériellement l'effort de guerre français par la fourniture d'armements. La guerre d’Indochine s’inscrit dans la politique de containment américaine et devient l’un des fronts de la lutte contre l’expansion communiste.

 

 

 

Mais la position française en Indochine ne fait que s'effriter. Les défaites sur le terrain se multiplient et les pertes militaires françaises ne cessent de s’alourdir. Après la reddition catastrophique du 7 mai 1954 de sa forteresse de Diên Biên Phu, la France réalise qu'elle ne peut plus poursuivre cette guerre lointaine et onéreuse au seul nom de la lutte anticommuniste.

 

© http://www.herodote.net

 

Pour justifier cette guerre coloniale devant l'opinion publique mondiale en général et du gouvernement américain en particulier, les autorités françaises la définissent davantage comme une lutte anticommuniste que comme une guerre coloniale. En effet, dès la fin de l’année 1949, des troupes chinoises s’installent le long de la frontière du Viêt Nam. L’Union soviétique et la Chine communiste de Mao Tsé-Toung accentuent leur soutien (livraison d’armes et de matériel, envoi d’instructeurs…) aux troupes du Viêt Minh. Ainsi, face à cette menace et avec le début de la guerre de Corée en juin 1950, les États-Unis se déclarent prêts à aider matériellement l'effort de guerre français par la fourniture d'armements. La guerre d’Indochine s’inscrit dans la politique de containment américaine et devient l’un des fronts de la lutte contre l’expansion communiste.

Mais la position française en Indochine ne fait que s'effriter. Les défaites sur le terrain se multiplient et les pertes militaires françaises ne cessent de s’alourdir. Après la reddition catastrophique du 7 mai 1954 de sa forteresse de Diên Biên Phu, la France réalise qu'elle ne peut plus poursuivre cette guerre lointaine et onéreuse au seul nom de la lutte anticommuniste.

© http://www.herodote.net

 
 

Copyright © 1994 - 2019 Alienor.org, Conseil des musées. Tous droits réservés | Plan du site | Connexion | Mentions légales